Archivarius : Us et coutumes

INTRODUCTION

Pendant que de nombreux vampires s’obstinent à combattre la domination des mégacorporations, que certains se cachent comme des rats dans les profondeurs de Subcity, et que d’autres jouent la Jyhad comme des caïds de la politique; les membres de l’Archivarius, eux, consacrent tous leurs efforts à préserver le patrimoine vampirique des guerres et des catastrophes. En fait, c’est principalement grâce à l’Archivarius que le savoir vampirique tel que nous le connaissions n’a pas encore complètement disparu de la surface du globe. Les membres de l’Archivarius se dévouent corps et âme au surnaturel et à l’érudition, dans le but de sauvegarder les artefacts et les connaissances du passé. On retrouve le plus souvent au sein de cette institution des occultistes, des érudits et des scientifiques qui accordent une importance notoire à leur histoire. Le cliché du rat de bibliothèque est parfois attribué aux membres de l’Archivarius, mais de nombreux vampires, curieux de leur passé ou intéressés par les vestiges de leur clan, joignent régulièrement l’organisation.

En tant qu’institution Caïnite, l’Archivarius se considère comme une nécessité pour la société vampirique. Avec la grande Purge, une quantité considérable de connaissances fut détruite ou égarée. Et sans ce savoir, il est peu probable que les Caïnites réussissent à survivre aux décennies à venir. Avec la civilisation humaine qui évolue à une vitesse exponentielle, chaque miette récupérée ou reconstituée représente une chance de plus pour la survie de l’espèce. C’est d’ailleurs par ce précepte que les membres de l’Archivarius ont établi leurs règles.

SOCIÉTÉ ET CULTURE

Sous ses apparences d’organisation poussiéreuse et captivée par l’héritage de Caïne, l’Archivarius a récemment vu ses rouages être chamboulés par une grande réforme commandée par les échelons supérieurs de la Cabale. D’un commun d’accord, les leaders de l’Archivarius décidèrent alors de modifier la hiérarchie de leur cabale afin de permettre aux archives de chaque domaine de pouvoir se dynamiser.

Le premier objectif de cette réforme est d’altérer la vision que les membres de l’Archivarius ont de leur propre cabale. Terminer les décennies de vie recluse et d’ermitage. Tout en conservant fermement la conviction que tout le savoir doit être accumulé et préservé, c’est dans l’utilisation de ce savoir que la réforme s’opéra. Dorénavant, l’Archivarius s’imposerait dans les affaires de tous les domaines. Terminée l’époque où cette noble cabale se tiendrait volontairement en retrait. À partir de maintenant, le savoir serait instrumentalisé pour le bien commun de toute l’espèce vampirique et, surtout, pour prévenir la résurgence des affres de jadis et l’avènement des malheurs entrevus par les sages. L’Archivarius n’acceptera plus d’être ignorée lorsqu’elle lève la voix. Les Archives du Monde recelent des récits des témoins des âges. Ce savoir commande le respect et l’autorité qui lui est due. L’Archivarius réclamera donc sa place auprès des rois du monde.

L’ARCHIVE DE MONTRÉAL : WHITE FEATHER LIBRARY

Figure de proue de la refonte de l’Archivarius à l’échelle du globe, l’Archive de Montréal, dirigée par le légendaire seigneur Bartholomew, fut celle qui initia le mouvement de réforme. Lancant ainsi le bal, le seigneur Kyasid décida de transformer son propre havre, la célèbre White Feather Library, en quartier général de l’Archivarius dans la mégapole. Finis l’époque ou les membres mêmes de la cabale devaient lutter pour obtenir le savoir qu’ils avaient collecté. Le dynamisme tant espérer ne pouvait être obtenu en dépouillant ses propres membres de leurs armes. À partir de maintenant, chaque membre de la Cabale serait responsable de la richesse de la réputée bibliothèque.

LA NOUVELLE HIÉRARCHIE

L’ARCHIVISTE

Fini l’époque où l’Archivarius s’encombrait de titre pompeux. Le Grand Archiviste devient l’Archiviste. Leader idéologique de la cabale, l’Archiviste est celui qui est responsable de la direction des recherches et des projets qui sont octroyés aux doyens de la cabale. C’est lui qui détermine quelles sont les priorités de l’Archive sous son joug.

Ce poste n’est actuellement occupé par nul autre que le Seigneur Bartholomew.

LE RECTEUR

Siégeant au côté de l’Archiviste, le Recteur est l’administrateur en chef des affaires de la cabale. C’est lui qui gère la bureaucratie et les richesses de l’Archivarius. Responsable du bon fonctionnement des projets ordonnés par l’Archiviste, le Recteur dirige les doyens et exige les résultats qui sont nécessaires à l’accomplissement des objectifs de la Cabale.

LES DOYENS

Au compte de trois par archive, les doyens sont les directeurs intermédiaires au cœur de la cabale. Ils sont les leaders de la cabale dans les opérations de chaque nuit. Chaque doyen se voit remettre une série de projets qui lui sont octroyés par l’Archiviste et doit gérer les ressources qui lui sont fournies par le Recteur.

L’Archivarius étant l’ultime sentinelle du flot des âges, les doyens sont donc nommés en fonction de trois notions conceptuelles : Le passé, le présent et l’avenir.

LE DOYEN BLANC

Historien dans l’âme, le Doyen Blanc, ou communément dénommé « Doyen du passé » est celui qui se spécialise dans l’apprentissage des épreuves traversées et dans l’approfondissement des connaissances cumulées par les sages. Les mythes centraux de l’espèce vampirique, les ouvrages légendaires, les épisodes charnières de l’histoire des enfants de Caine. Tous ces sujets sont la spécialité du Doyen Blanc et de sa cohorte. Cela étant dit, le Doyen blanc n’a pas pour mission unique de fouiller dans les cendres. Il a aussi comme mission importante de veiller à la consignation des faits tels qu’ils surviennent. C’est la cohorte du Doyen du passé qui responsable de faire en sorte que la sagesse qu’ils possèdent puisse servir à enrichir la sagesse des futurs membres de la Cabale.

Son objectif, en conjonction avec celui des autres doyens, est simple : Faire en sorte que les catastrophes d’hier ne se reproduisent jamais.

  • Face aux autres cabales de la Convention Blackwood  : Le Doyen Blanc est celui qui est tributaire de la tenue des livres de dettes et des réputations. C’est la cohorte du Doyen Blanc qui est responsable de la trace que la cabale laissera dans les annales et en ce sens, la Mégère de l’Archivarius est toujours un membre de la cohorte de ce doyen. Qui plus est, soucieux de l’héritage laissé derrière, la cohorte de ce doyen est aussi titulaire de la tâche de consigner les dettes qui sont octroyés au sein et à l’extérieur de la Cabale. L’individu responsable de cette tâche est appelé le Témoin.
  • La Cohorte du Passé : Les membres de la Cohorte du Passé sont dédiés à l’examen de l’histoire. Qu’ils soient des gens de terrains ou des codicologies acharnés, ils sont dévoués au déchiffrement des événements. Ces membres sont souvent des érudits, mais parfois, ils sont des informaticiens, des enquêteurs, des gens de terrain. Ils investiguent, question et remettent en question les constats établis. Rien n’est jamais assez limpide à leurs yeux.

LE DOYEN GRIS

Protecteur du savoir, le Doyen du présent est celui qui est en charge de maintenir les richesses de l’Archivarius. Protéger les artéfacts, entretenir et développer les infrastructures, augmenter l’influence de la cabale et faire fructifier les capitaux de l’Archivarius sont ses tâches. C’est à ce doyen que revient la tâche de veiller à partager le savoir parmi les membres de la Cabale. Lui et sa cohorte sont responsables de savoir qui est en possession de quel savoir afin d’optimiser l’application de ce même savoir dans les projets de l’Archivarius.

Son objectif, en conjonction avec celui des autres doyens, est simple : Faire en sorte que lorsque les vents ravageurs soufflent, l’Archive de Montréal puisse se tenir droite et forte.

  • Face aux autres cabales de la Convention Blackwood : Le Doyen gris est responsable de la gestion de la politique intercabale. C’est lui et sa cohorte qui sont les en charges de faire connaitre les vues de l’Archivarius face aux différents écueils qui se trouve sur le chemin de la société vampirique montréalaise. Finalement, c’est au Doyen gris de nommer parmi les membres de sa cohorte celui qui occupera le poste de représentant de la Cabale au Concillium.
  • La Cohorte du Présent :  Les membres de la Cohorte du présent sont les âmes vigilantes de l’Archivarius. Ce sont les individus que tout le monde connait. Ils sont les protecteurs et les frères d’armes. Ils sont ceux desquels personne ne veut s’attirer l’ire. Ces individus sont les racines fortes et vives qui fournissent à la Cabale les fondations pour faire face à l’adversité. Habiles politiciens, ratoureux diplomates et fins négociateurs sont aussi mis en valeur dans cette cohorte.

LE DOYEN NOIR

Architecte des plans de contingence et éternel sceptique, le Doyen noir est celui qui est chargé d’anticiper les événements. Sa mission consiste à utiliser tous les moyens à sa disposition pour prévenir le mal avant qu’il ne frappe. C’est le doyen de l’avenir qui est en charge de conseiller les autres membres de la Cabale sur les positions qu’il faut tenir face aux problématiques quoditiennes. Au bas mot, il est responsable d’être toujours en avance sur le moment présent. Son principal centre d’intérêt n’est pas nécessairement de prévoir les menus événements qui peuvent survenir. Le Doyen noir est la vigile qui jette son regard sur l’aube afin que les sombres prophéties composées dans les derniers âges ne surviennent jamais.

Son objectif, en conjonction avec celui des autres doyens, est simple : Discerner l’indicible dessin du Destin et contrecarrer la sombre destinée des Enfants de Caine.

  • Face aux autres cabales de la Convention Blackwood Le Doyen de l’Avenir est celui qui titulaire de la responsabilité d’innover. Il doit savoir en avance. Il doit réagir en avance. Il ne doit jamais prêter flanc. Face aux visages austères des autres cabales, le Doyen noir est un innovateur, il est le chef de file. C’est le doyen de l’Avenir qui est responsable des relations de la Cabale avec les corporations et les autres êtres du Monde de la Noirceur. Le tout afin de lui permettre d’être là où le futur de la Cabale se joue.
  • La Cohorte de l’Avenir : Les membres de cette cohorte sont des pionniers. Ce sont des explorateurs, des chercheurs. Ces individus sont des hommes et des femmes de sciences. Ils sont des occultistes, des analystes, des sociologues. Cette cohorte est responsable de faire avancer l’Archivarius vers l’avenir en modernisant toujours un peu plus de facettes de la Cabale et en inventant sans cesse de nouvelles manières de parvenir à leurs objectifs. Technologies, inventions, sciences, c’est dans cette cohorte que l’on créer les armes avec laquelle l’Archivarius lutte ! Les membres de la Cohorte noire sont tous doués d’une grande perspicacité et d’une passion pour la perpétuelle frénésie qui anime leurs immortalités. Alors que tous verront un événement singulier, les membres de la Cohorte de l’Avenir verront la corrélation, la synchronicité, l’effet papillon.
LES AUGURES

Au sein de l’Archivarius, tout individu capable de percevoir les rouages du temps et des songes est considéré de manière « privilégiée » au sein de la cabale. Ces êtres, surnommés « augures », sont valorisés et leurs existences sont perçues comme étant plus importantes que celle des membres standards des trois cohortes. Cela tant et aussi longtemps que l’augure utilise son don en accord avec la mission globale de l’Archivarius. Lorsqu’un augure s’adresse à ses comparses, il est toujours présumé que ce qu’il dira mérite qu’on lui accorde toute l’attention disponible.

Ceux qui abandonnent la vigile

Aux yeux des membres de l’Archivarius, quitter la Cabale est un acte de perte de conviction. Ceux qui désirent quitter le peuvent, mais ne pourront jamais revenir. Leurs noms seront consignés par le Doyen blanc et pour les âges à venir, ces traitres seront désignés comme étant ceux qui ont abandonné la Vigile.

Lorsqu’un officier comet l’indéfendable :

Dans l’Archivarius, les officiers n’ont pas le loisir de quitter la Cabale. Lorsque que l’un d’entres eux abandonnent la mission à laquelle il s’est si longuement dévoué, les autres officiers ont l’obligation de récupérer le savoir que l’individu à amasser dans son parcours au sein de ses comparses. Dans les pires des éventualités, la diablerie est même considérée.