GUIDE DU PARFAIT LARPISTE

Sans titre1) LA DIFFÉRENCE ENTRE UN JOUEUR DE MARDE ET UN BON JOUEUR : QUELQUES RÈGLES D’ÉTHIQUES

1.1 « Mon personnage yé comme ça pis y ferait ça! » – Une situation se présente, votre personnage pourrait nuire à un autre pour un gain personnel, vous donner un coup de pied dans le jeu de carte d’un autre joueur, vlan, c’est normal, c’est un peu ça vampire. Toutefois, à quel point votre gain en vaudrait le coup et à quel point vous brimeriez le plaisir d’un autre joueur. Nous ne parlons pas ici d’un petit coup cochon négligeable, mais bien d’une situation pouvant être fatale au joueur. C’est alors que l’argument suivant survient « Mon personnage ferait ça parce qu’il est comme si ou comme ça ».  C’est alors que vous êtes complètement à côté de la track. Cet argument est également utilisé lorsqu’une histoire va à l’encontre de vos idéaux ou lorsque vous vous imaginez que votre concept est « scrap » à cause de telle ou telle situation. Oubliez cet argument de marde là, votre personnage vous appartient. Vous êtes maître d’un rôle fictif et malléable. Adaptez vous, votre rôle n’est pas statique et il est encore moins le centre de notre univers!

1.2 « Delete Character » – La mort. C’est tragique, c’est triste, mais c’est la vie. L’univers de vampire n’a pas été conçu pour les héros, il s’agit d’un le thème sombre et dépravé. L’objectif du jeu est de tirer profit de son prochain et de danser parmi un groupe de monstres. La violence et la mort est donc une conséquence très plausible dans plusieurs situations. Mais le hic, c’est que personne ne veut mourir et c’est normal. Il y a mille et une manières de rendre une conséquence intéressante au delà du concept grossier qu’est la destruction d’un personnage. Sans vous demander de jouer aux « Calinours », prenez en considération le point « 1.1 » ci dessus. En gros, si vous avez à détruire un autre personnage, ou si vous envisagez de lui nuire fatalement, faire-le avec style. Ne lui donnez pas l’amère impression que vous appuyer simplement sur le bouton « Delete Character». Sinon, réfléchissez aux alternatives moins fatales qui n’entraveraient pas votre humanité et le gros bon sens.

1.3 « Ne vous en prenez pas au newbies » – Cela peut paraître tentant, ce sont des proies facile autant hors-jeu qu’en jeu et il serait facile pour vous d’exploiter ces ressources et d’en faire vos pantins, mais vous faites erreur. Même si vous avez de bonnes raisons en jeu de détester, « Blood-Bonder » ou même d’éliminer un joueur qui débute, lâchez prise et laissez-le s’habituer au jeu. Un joueur qui joint une nouvelle partie est un gain précieux pour une activité. Ils apportent un vent de fraicheur et vous devriez leur porter une certaines considération. La plupart du temps ils ne connaissent pas les règlements, ils ne sont pas familier avec l’univers qui les entoure et ils sont confus. Donner leur une putain de chance! N’hésitez pas à les impliquer dans votre jeu, même s’ils ne font pas partie de vos petites « Cliques ». Vous pourriez être surpris par leur apport. Si vous sentez que votre personnage devrait absolument prendre avantage d’un « Newbie », voir règle 1.1.
Note d’Adam : Chassez pas mes nouveaux, j’vais vous détester! Et si je vous déteste, mes personnages vous détesteront aussi. Je blague

1.4 « Restez en jeu » – Tous le monde à un petit quelque chose hors jeu à dire de temps à autre. C’est normal, ça va. Mais une conversation entière durant une session de jeu, c’est carrément un manque de politesse envers les autres participants. Bref, vos yeules. Si vous voulez parler hors jeu, attendez à la fin du jeu lorsque nous allons au restaurant ou allez vous cacher dans un coin hors du jeu. Ne brisez pas le « flow » du jeu. Merci.

1.5 « Un joueur absent qui avertie est un joueur apprécié de la narration » – Soyez-en conscient, vous n’avez aucune chaine à vos pieds. Toutefois, si l’équipe de narration se sent niaisé par un joueur, il se peut que celui-ci se retrouve sans support d’histoire sur le jeu, ni enveloppe, ni attention de la part des organisateurs.

1.6 « Donner plus que ce que vous recevez » – Prenez un instant et songez à l’ensemble de l’activité, l’œuvre globale. Recevoir c’est plaisant, mais donner c’est encore mieux. Vous avez l’occasion d’impliquer un joueur dans une histoire, créer un lien avec un autre personnage, partager un moment de gloire ou de pouvoir avec autrui, faite-le! Ne soyez pas avare, un joueur qui vous sera reconnaissant vous relancera très certainement la balle à un moment ou à un autre.

1.7 « Ne soyez pas un Power-gamer ou un Meta-gamer » – Les règles sont là pour encadrer l’essence mécanique de votre personnage. Si votre jeu repose sur l’obtention de petits points noirs et de chiffres sur votre feuille de personnage, vous n’avez pas choisi la bonne partie. Il n’y a rien de mal à « Munchkiner » votre bonhomme, c’est parfaitement normal. Mais dès le moment où votre style de jeu vous empêche d’avancer dans l’histoire pour des raisons statistiques, considérez-vous dans le champ. Lorsque vous abusez du système et que vous trichez, les autres joueurs finissent ultimement par vous éviter. Ultimement, vous causez votre propre perte.

1.8 « Utilisez vos pouvoir pour le bien commun » – Votre personnage obtiendra des points d’expérience et plus de points noirs sur sa fiche. Il obtiendra des contacts, des influences, du statu, de bonnes positions et etc. Vous aurez ensuite accès à de plus en plus d’histoire, de connaissances au sujet des de ce qui se passe dans la partie et vous deviendrais familier avec les gens importants de notre univers. En tant qu’individu, vous vous rapprocherez des Storytellers et vous saurez comment « dealer » avec ceux-ci confortablement. Vous aurez une meilleure compréhension du système de jeu, du fonctionnement des actions entre les jeux et de l’univers de White-Wolf en général. C’est ce qu’on appel : « Acquérir de l’expérience ». Toutes ces choses vous donneront ultimement du pouvoir (autant en jeu que hors-jeu). Et le pouvoir vous place dans une position plus adéquate pour aider les gens qui vous entoure, en particulier ceux qui ont moins d’expérience que vous. En tant que bon joueur, vous avez une certaine obligation face à ce pouvoir, vous devez l’utiliser pour aider votre communauté de gamer. L’expérience globale du bassin de joueur déterminera en grande partie la qualité du jeu de l’activité. Mais encore une fois, ne prenez pas ce message au premier degré, vous n’avez guère besoin de devenir des saints. Le message à passer est assez simple; Prenez d’autres joueurs moins expérimentés sous votre aile, coachez-les. Élevez-les eux aussi! Mais dans la mesure du possible et du concept de votre personnage.

1.9 « Soyez proactif, pas réactif » – L’équipe d’animation se démène pour implanter des histoires et vous apporter du jeu. Toutefois, il y a une limite humaine à ce que nous pouvons faire pour vous. Une grande partie du jeu doit provenir de votre propre initiative. Vous devez avoir des objectifs et des outils pour vous faire profiter de vos quatre heures de jeu. N’attendez surtout pas qu’un animateur vous guide sur le jeu, vous n’êtes pas des oisillons que l’on doit nourrir dans leur nid. Provoquez, participez et saisissez les opportunités qui se présentent à vous. Avoir peur d’agir pour ne pas compromette l’intégrité ou la réputation de votre personnage à cours terme est une chose bien logique, mais votre inaction vous causera de bien plus grands ennuis à long terme. Osez!

1.10 « Ne soyez pas un conard » – Vous vanter de vos exploits peut sembler plaisant, voir gratifiant, surtout lorsque vous le faites avec bon goût. Toutefois, vous moquer d’un autre participant parce que vous l’avez « Newbé » fait de vous un conard. Ce n’est pas une compétition, personne ne gagne dans notre activité. Vous vivez une aventure, une expérience de rôle, mais vous n’êtes pas ici pour gagner. Soyez empathique avec vos confrères et consœurs de jeu, après tout, c’est avec eux que vous jouez!

1.11 « PG 18 » – Certains sujets sont parfois épineux et tabous. Vous ne savez jamais à qui vous avez affaire et prenez en considération que vous pourriez rendre mal à l’aise un autre participant sans vous en rendre compte. Les thèmes « sexuels, le viol, l’inceste, la pédophilie, la bestialité, etc » soyez sur que le joueur en face de vous soit sur la même longueur d’onde que vous. En ce qui concerne les contacts physiques, vous DEMANDEZ avant. Point à la ligne. Un joueur un peu trop « Motivé » qui brutalise un autre joueur pour enjoliver une scène peut se voir bannir de l’activité. De plus, un accident est vite arrivé.


2) CRÉER UN PERSONNAGE DE FAÇON MÉTHODIQUE

2.1 « Jouez avec vos forces » – Une bonne méthode pour vous assurer une « game » misérable et frustrante est de jouer un personnage particulièrement compétent dans un domaine dont vous n’avez aucune connaissance. Il faut admettre toutefois qu’il peut être intéressant de tester et d’étirer ces limites afin de découvrir un style de jeu qui vous est inconnu. Mais n’étirer pas la sauce de façon déraisonnable. Dison par exemple que vous être vraiment à chier pour parler en public que vous n’avez aucun talent pour faire des discours. Ce serait une très mauvaise idée de construire un personnage fondé sur le charisme, l’éloquence et le leadership. Vous détesterez votre jeu. Soyez honnête avec vous même. Évaluez vos compétences, vos forces et vos faiblesses et confectionnez-vous un personnage à votre hauteur. Et si vous souhaitez goûter à de nouvelles avenues, allez-y à petite dose.

2.2 « Déterminez vous des influences » – Munchkin, munchkin, munchkin… non. Je ne parle pas de l’historique « influence », même si ce n’est pas une mauvaise idée. Je parle ici d’influences culturelles, littéraires, artistiques, de personnalités quelconques. Choisissez consciemment des éléments pour inspirer la création de votre rôle. Songer à un thème, de traits caractériels, des manies, une attitude. Cependant, faire une copie carbone d’un personnage de film, aussi inspirant est une idée douteuse. Vous n’arriverez probablement pas à incarner ce rôle en fonction de vos espérances et vous risquez d’être déçu de votre performance et du résultat.

2.3 « Incarnez un personnage qui a un job » – White-Wolf se touche souvent avec des stéréotypes de personnages et des concepts clichés. Il est difficile d’imaginer « Theo Bell », archon du clan Brujah, avec un boulot ou simplement discuter normalement de tout et de rien. Mais le fait reste qu’autrefois, à cette époque ou vous étiez mortel, vous aviez très probablement un emploi ou une occupation quelconque. Vous en tirez d’ailleurs très probablement la plupart de vos compétences et votre concept de personnage est fondamentalement lié aux ambitions professionnelles de votre personnage. De plus, que faite-vous de votre temps pour gagner un peu de fric ? Vous avez beau avoir une panoplie de pouvoirs, mais reste néanmoins que pour payer un logis, une voiture et votre bill de téléphone, vous devez trouver des ressources. Que vous soyez riche ou pauvre, votre existence est d’une quelconque manière lié à un mode de vie mondain, hors de cet univers surnaturel qui vous entoure en constance.

2.4 « Pas de one-trick-puppy » – Je vous en donne l’avertissement; vous allez le regretter. Et votre entourage aussi. Ce n’est pas vrai qu’un ancien militaire qui sait se servir d’un katana et d’un lance-roquette ne sait QUE combattre. Élargissez votre champ d’action. C’est bien d’avoir une spécialité, c’est même recommandé, mais pour l’amour du bon dieu n’incarnez pas qu’une combattant qui aime combattre dans un combat. Ça suce des troncs. Développez d’autres avenues, d’autre champs d’intérêts, car votre jeu sera particulièrement emmerdant et vous aurez de long moment à vous toucher les parties génitales. Dans le cas échéant, vous serez l’unique responsable de votre ennui. Tenez le vous pour dit!

2.5 « Laissez un peu d’ouverture au changement » – Un concept coulé dans le béton vous semblera probablement idéal, mais encore une fois, vous vous trompez. Comme un batteur au baseball, vous serez chanceux d’envoyer la balle au même endroit deux fois. Laissez une certaine ouverture pour évoluer le développement de votre personnage. Concrètement, conceptualisez les grandes lignes de votre bonhomme et anticipez certaines parties de sa personnalité qui pourront très probablement changer au cours du jeu. Car soyez-en sur, vous ne saurez que sur le champ de bataille si les traits de personnalité que vous avez inculqué vous permettrons de vous épanouir sur le jeu. Si vous le pouvez, identifier une région de votre concept susceptible à être développer pendant le jeu.

2.6 « Soyez concept » – C’est effectivement très tentant de balancer tout ces points d’extras dans les disciplines, à cours terme, c’est clairement efficace si vous projetez foncer tête baissé devant chacune des situations qui se présentera à vous. Mais à long terme, je vous le déconseille fortement. En fait… faite-le un peu, mais pas trop. La plupart des joueurs ignorent l’intérêt d’acquérir des habiletés et certains historiques. C’est l’essence même de votre personnage. Des habiletés telles que « Artisanat, Conduite, Étiquette, Linguistique, Connaissance Approfondie » sont souvent oubliés au dépend de « Potence, Celerity et Fortitude ». Un personnage sans contact, sans allié, sans revenue, c’est en quelque sorte une farce! Si vous n’avez pas au moins un point de connaissance vampirique, vous ne savez même pas ce que vous êtes, donc songez concept, songez autrement qu’à vos pouvoirs et vos gros cannons.

2.7 « Les machines à tuer sucent » – Une machine à tuer est un personnage dont la première et seule utilité est de tuer des choses. Malheureusement, plusieurs joueurs s’imaginent dans un compte héroïque ou ils pourront détruire de méchants robots et combattre les méchantes corporations à coup de grenade et d’AK45. Wrong. Pour vous donner notre opinion et vous la communiquer dans un langage que vous comprendrez : Incarner une machine à tuer, c’est TURBO-MOCHE. Et à tous les « Bobo le Baston » de ce monde, non, vous ne ferez pas sentir impuissant tous les autres personnages qui ne sont pas des machines à tuer parce que vous pouvez tapper à coup de deux – trois aggravés. C’est uniquement parce que la plupart des joueurs concepts acceptent de vous tolérer que vous avez encore l’occasion de montrer vos gros phallus à chaque combat ou confrontation, tels d’agressifs mongoloïdes, « retards » que vous êtes. Bref, allez à Bicolline si c’est ce que vous cherchez, ce type de jeu est vraiment l’un des plus médiocre pour « Vampire la Mascarade », gardez vos DPS pour un MMO.


3) UN APERÇU DE VOTRE PREMIÈRE EXPÉRIENCE EN-JEU

3.1 « Soyez à l’écoute » – Il y a une règle à propos de la nature humaine que chaque joueur devrait connaitre : Personne ne ce soucis de vous. En fait, ce n’est pas entièrement vrai. Certaines personnes ce soucient de vous. Mais jamais autant qu’ils ce soucient d’eux même. C’est règle s’applique également en conversation. Les gens aiment parler d’eux, mais ils apprécient moins quand la situation ce miroite avec l’interlocuteur. Les choses sont ainsi. Lorsque votre personnage fait sa première apparence, cette règle s’applique doublement. Les autres personnages ne vous connaissent guère et ils se montreront encore plus égocentriques qu’en temps normal. Ils voudront se pavaner comme un pan pour vous impressionner. Et c’est une bonne chose. Votre mission à ce moment là est claire comme de l’eau de roche; continuez à les faire parler le plus possible et écoutez. Interposez-vous si vous croyez que ce que vous avez à dire est pertinent et potentiellement intéressant pour eux, mais restez « low-profile » et laissez-les vous déballer le plus d’information possible. Cependant, si vous incarnez un personnage plus « flashy », utilisez une version modifié de cette règle. C’est-à-dire; parlez autant que vous voulez, avec éloquence, épater la galerie! Les gens se poseront ensuite la question « Il parle beaucoup celui-là, qu’est-ce que je peux tirer de lui ? ». La plupart des gens aiment être divertis et avoir du plaisir, ils apprécient être reconnu et voir leur intérêts avancer. C’est alors que votre jeu doit converger dans cette direction, parlez, jacassez, aboyez, mais pour faire avancer leurs intérêts. Ne poussez pas la note trop loin par conte, l’idée est de flatter les autres dans le sens du poil, le contraire pourrait leur faire croire que vous avez trop d’ambition. Ne jouez pas tout de suite dans les plates-bandes d’autrui. Récoltez de l’information.

3.2 « Faite-vous un ami! » – Parmi tous les buts que vous vous fixerais, le premier d’entre eux devrait impliquer l’acquisition d’un ami, ou du moins, une bonne connaissance. Même si vous n’y arrivez pas, continuer et persévérez, un allié vous sera plus qu’utile de nombreuse façons. Cela vous permet également de concentrer vos pensés sur quelque chose de ferme et de solide, un objectif clair. C’est un puissant motivateur pour interagir avec les autres personnages. De plus, c’est un but parfaitement réaliste à moins que vous soyez socialement mésadapté. Une fois que vous avez réussi, vous vous retrouverez dans une meilleure position pour accomplir vos prochains buts. Et ultimement, votre personnage doublera ces chances d’être impliqué dans l’histoire. Même pour un personnage antisocial, cette règle-ci est l’une des plus importantes.

3.3 « Prenez votre temps » – Souvenez-vous que vous avez tout votre temps. Vous n’avez pas besoin de vous dépêcher pour quoi que ce soit. La première partie est généralement le moment ou votre personnage sera dans la pire position de sa vie pour achever quelconque but. Songer à construire les fondations avant de placer les décorations de Noël sur le toit. Établissez des objectifs graduels et graduez-les avec des « deadlines ». De cette façon, vous ne sentirez pas cette pression inutile et ce sentiment embarrassant d’impuissance. Mesurez votre progrès!

3.4 « Évitez d’en révéler trop à votre sujet » – Ça semble probablement contre-productif, mais vous devez définitivement éviter de trop révéler d’information à votre sujet et concernant vos objectifs. Normalement, vous arrivez à votre premier jeu avec peu d’information, c’est-à-dire; vos buts, pourquoi vous êtes en ville, votre passé et c’est à peu près ça. Gardez-vous donc une réserve. Les gens sont conscient que vous incarnez un nouveau personnage et si vous avez l’air plutôt ignorant, les gens ce sentiront coupable de ne pas vous informer. La ligne est mince ici afin qu’il ne s’agisse pas de « meta-gaming », mais ne croyez-vous pas que tout nouveau personnage a besoin de tout l’aide dont il peut obtenir ? Plus vous aurez l’air inconscient de ce qui vous entoure et plus vous aurez de chance qu’on vous chapeaute. De plus, vous ne voulez pas déballer votre sac dès le début, vous n’aurez plus rien à dire à votre sujet pour les parties qui suivront.


4) DANS LE FEU DE L’ACTION !

4.1 « Votre personnage est roi » – Le but de ce jeu est d’incarner un personnage. De façon générale, vous aurez des besognes à exécuter et des objectifs à remplir. Parfois les évènements sur le jeu s’aligneront de façon positive, mais ça ne sera clairement pas toujours le cas. Votre personnage sera alors plus enclin à faire des choses que vous, hors-jeu, trouverez stupide, ou qui vous feront prendre des risques qui vous sembleront injustifiées. Dans le cas d’un conflit entre « vous » et le personnage, prenez en considération que le personnage devrait majoritairement primer. Même si cela vous semble ridicule d’un point de vue extérieur. Être fidèle à votre personnage vous portera fruit au fil du temps. Bien évidemment, cela ne signifie pas que vous devez devenir l’esclave robotisé de votre personnage, mais lorsque votre personnage se retrouve sur une voie compromettante, soyez créatif et n’abandonné pas par les craintes qui vous animent hors-jeu. Utilisez votre gros bon sens et advenant que vous ne savez trop comment « dealer » avec une telle situation, voir point 1.1.

4.2 « Mon personnage ne ferait pas ça » – Pensez-y longuement avant de dégainer cette excuse lamentable et usée. C’est souvent de la « Bullshit » plus qu’autre chose. Oui, je sais, je viens vanter les vertus de la fidélité face à votre personnage au point précédant, mais l’ensemble de votre bonhomme doit être équilibré, n’est-ce pas ? Je crois qu’un joueur qui utilise l’argument « mon personnage ne ferait jamais ça » ou un équivalent, est un signe qu’il a peut-être trop prit au sérieux l’aspect « Fidélité ». Pour rester fidèle à votre personnage, vous avez juste besoin de garder votre pantalon, ce n’est pas nécessaire de vous armer d’une ceinture de chasteté. Voici quelques points à considérer : Tout d’abord, vous ne connaissez jamais votre personnage entièrement. Il se développera au fil du jeu, donc une grande partie de votre concept reste imprévisible. Il y a un nombre infini de subtilités que vous pouvez exploiter, votre carré de sable aura rarement de limites. Réfléchissez à ceci avant de bloquer votre propre jeu. En second lieu, à quel point votre personnage pourrait diverger un peu de sa ligne de conduite pour continuer de s’épanouir ? Ce n’est pas nécessaire d’effectuer un changement radical à 180 degré. Juste une petite déviation.

4.3 « Les joueurs mentent » – C’est une chose très importante à considérer à la fois en jeu qu’hors jeu. Les gens mentent tout le temps. Les joueurs mentent, les personnages mentent. Et même les Storytellers mentent beaucoup. Cette atmosphère tendue est inhérente au monde des ténèbres, c’est un élément central de cet univers. Songez-y deux fois avant de prendre une décision cruciale. Réfléchissez et considérez qu’il se peut qu’on vous ait mentis et que l’information que vous avez en votre possession est possiblement erronée. Quelle en est sa source, s’agit-il d’une rumeur de seconde ou de troisième main ? Est-ce qu’on peut vous fournir une preuve à l’appui face à cette information ? Êtes-vous certain que votre source dit la vérité et que ces sources sont véridiques ? Avant d’avoir trop confiance aux gens qui vous entoure, assurez-vous de ce qu’on vous dit. «The only way to get 100% certainty about something is to get down on your hands and knees, get your hands dirty, and grab the truth right of the fucking ground ». Il y a généralement un brin de vérité dans chaque mensonge, mais il n’est pas rare qu’une personne entend quelque chose, probablement une rumeur, tiré d’un mensonge, et hop, vous voilà prit au jeu du téléphone ! Bref, n’assumez pas que ce que vous savez est l’incarnation de la vérité.

4.4 « L’information c’est le pouvoir » L’information est un bien extrêmement précieux, et sans doute la monnaie la plus importante lors d’une partie de vampire. Maintenant que cela est dit, vous pouvez choisir de jouer un personnage qui aime être ignorant. Parfait! Et c’est un choix légitime en tant que joueur. Mais assurez-vous que vous serez en mesure d’assumer ce choix. Un personnage ignorant est un personnage qui tournera possiblement en rond. Soyez sur de bien vous entourer car vous aurez de la difficulté à vous insérer dans l’histoire et dans les plans des autres participants. Pour effectuer une transaction juteuse, vous devez (A) dénicher de l’information que personne ne possède, ou (B) dénicher de l’information que peut ont sous la main. Vous identifiez ensuite la meilleure personne ou les personnes susceptibles d’être intéressés par ces informations et vous la DONNER. Oui, gratuitement. Ne demandez rien en échange. « Qu’est-ce que vous dites? » Le marché de l’information est d’une importance capitale et elle aura des effets gigantesques sur le « standing » de votre personnage. Alors pourquoi partager ces informations sans rien demander ? Parce qu’ensuite, vous entrerez dans une boucle ou les gens viendront vous solliciter pour de l’information et même vous en partager. Laissez le temps faire son œuvre et graduellement, servez-vous de cet atout comme « Leverage » et faire un peu de profit!

4.5 « Fouinez au sujet des gens qui vous entoures » – La connaissance est une mine d’or, mais la meilleure information qui vous tombera sous la main est une information concernant un autre personnage. Ça vous sera utile de nombreuse façon. Vous saurez comment les approcher, ce qui les intéressent, quelle sont leurs forces et leurs faiblesses, comment ils peuvent vous aider, ce qu’ils pensent de vous, etc! La meilleure façon de trouver des choses sur les gens, c’est de s’asseoir et de leur demander directement. Mouais, ça semble simple et évident, mais c’est vraiment étonnant de voir combien d’entre eux déballeront plein d’informations juteuses à leur sujet. Vous voulez en savoir quels sont les objectifs d’un personnage ? Allez droit au but : « Alors, quels sont vos objectifs mon ami ? » Bien sûr, on pourrait vous mentir. Mais les chances qu’on vous balance la vérité sont étonnement plus élevés que vous pouvez le croire. Peu importe ce qu’ils vous diront, écoutez et décortiquez l’information. Vous remarquerez rapidement que face à une question directe, la plupart des gens resteront vagues et tergiverseront dans leurs réponses. Pour deux raisons en fait : Soit l’individu que vous avez en face de vous essaie de vous cacher quelque chose, ou le joueur ne connait pas la réponse à votre question. Dans les deux cas, continuez de creuser plus loin. Poser plus de questions. Obtenez des éclaircissements. Faite-vous un bon tête-à-tête avec lui. Si l’autre personne vous ment, vous lui donnerez une bonne occasion d’effectuer une scène de jeu intéressante. Et si cette dite personne ne connait vraiment la réponse à vos questions, vous lui donnerez de facto un coup de main en lui démontrant son ignorance sur un sujet auquel il s’intéressera probablement dans le futur.

4.6 « To the hell with your character sheet ! » – Je sais que tous les petits « Power-gamers » puriste de White-Wolf n’aimez pas ça quand je dis ça, mais vos petits points noirs sur votre fiche n’ont vraiment pas autant d’importance que vous le croyez. C’est un cadre, une délimitation pour guider une situation qui ne peut être régler au cours du jeu par « Roleplay ». Suivez vos feuille de personnage quand elles peuvent vous donner quelque chose d’utile au niveau conceptuel, non pas lorsqu’il s’agit d’avoir le plus gros pénis. (Notez que par « utile » je veux dire « utiles dans votre rôle et au niveau créatif » et non pas «utile à la réalisation des objectifs de votre personnage de façon statistique »). De toute façon, vous vous sentirez de loin plus fier si vous accomplissez quelque chose par vous-même que par l’application de vos statistiques.

4.7 « Chassez les Storylines comme s’il s’agissait d’une bloodhunt » – Les joueurs se plaignent que parfois il n’y a pas assez de choses à faire, pas assez de d’éléments intéressants sur le jeu, ou pas assez de détails autours de leur personnage. C’est des conneries. Il ya toujours une tonne de choses qui se passent. Au cours de chaque session de jeu, il y a au moins trois à quatre histoires majeures en mouvement, sans compter toutes les petites histoires qui gravitent autours de tous les personnages. Il y a constamment des discussions concernant les histoires principales et toujours quelques joueurs qui attendent qu’on s’implique dans leurs histoires secondaire. Il y a des NPC physiquement présent sur le jeu. Ceux qui ne le sont pas ne cessent pas pour autant d’exister. Vous avez le réseau Jericho II comme support, des contrats octroyés par les grandes corporations, des journaux qui vous informent des sujets chaud, bref vous ne manquez pas de ressource. En réalité, les gens se décourage au premier ou signe d’obstacles et n’osent pas faire quelques efforts pour déterrer des trucs intéressant. Ce n’est pas parce qu’une équipe d’animation vous entoure, que vous dépendez d’eux. Nous pouvons comprendre que parfois, il peut vous manquer des informations ou des ressources pour avancer, mais la plupart du temps, vous avez ce dont vous avez besoin sous le nez. À d’autres moments, vous croyez vous être planté, mais on vous a mentis et vous vous imaginez que tout est terminé (Voir règle 4.3). Parfois il est nécessaire de reculer de quelques pas pour retrouver la bonne piste. La chasse est ouverte, continuez de pister l’information, il se peut que la première, la seconde ou même la troisième tentative ne soit pas la bonne. Mais persévérez. Soyez agressifs et créatifs, vous finirez par trouver!


5) COMMENT BIEN INTERAGIR AVEC LES « STORYTELLERS »

5.1 « Demandez et vous recevrez » – Si vous voulez quelque chose de notre équipe de narration, il faudra le demander. Les plaintes, les lamentations, le chialage, les silences de frustration et toutes ces méthodes indirectes ne vous apporteront pas notre attention. Du moins, pas positivement. Si vous voulez un peu d’aide, demandez-le. Vous n’avez pas le droit de vous attendre à des choses que vous n’avez pas demandées. Si vous voulez que notre équipe fasse quelque chose pour vous, demandez-leur tout de suite. Ne mâchez pas vos mots, ne tournez pas autours du pot, le « Chickenshit » ça marche pas. Demandez-nous gentiment, mais directement ce que vous voulez. Soyez prêt pour un non. Soyez prêt pour un oui. Soyez prêt à demander des éclaircissements. Soyez également prêt à vous faire rediriger vers vos propres questions si vous avez la réponse directement sous le nez. N’assumez-pas que nous avons connaissance de vos problèmes et de vos soucis. Râler, gémir et chigner ne vous servira à rien. L’équipe d’animation est composé d’humains, faillibles, qui n’ont pas encore la capacité d’être omniscient. Et surtout, ne vous laissez pas prendre dans le jeu du renforcement négatif. Demandez et vous recevrez.

5.2 « Soyez clair dans vos demandes » – Le problème avec les plaintes nébuleuses, c’est qu’elles sont sans valeur. Si vous avez une discussion avec un membre de l’équipe d’organisation et que vous voulez qu’ils fassent quelque chose pour vous, c’est de votre responsabilité d’être clair et concis. Étant donné qu’ils sont des humains comme vous, plus vous serez vague, plus vous laissez de place à l’interprétation. Identifiez les zones grises, ne soyez pas ambigus. Formulez ce que vous à nous dire de façon cohérente. Pour nous, organisateurs, ça peut être stressant de répondre à vos demandes sans savoir ce que vous voulez. Nous prenons une chance de vous décevoir en vous répondant. Cette règle s’applique autant hors-jeu qu’en jeu. Que ce soit dans vos questions, vos actions, vos requêtes, etc. N’assumez pas qu’on va deviner ce que vous voulez.

5.3 « Minimisez notre travail » – Certaines de nos « Storylines » peuvent parfois être compliquées. Il arrivera que vous ayez besoin de notre aide pour vous situer, pour vous impliquer ou pour répondre à certaines de vos actions. En relation avec la règle 5.2, soyez clair et bref. Nous nous « Crissons » pas mal des sentiments de vos personnages, ça c’est VOTRE masturbation intellectuelle. Nous, ce que nous voulons c’est que vous appliquiez la formule suivante : Intention + Objectif + Méthodologie = Résultat. Que voulez-vous ?, pourquoi vous le voulez ? Et comment vous y procédez ? Notre équipe est composée de huit à dix membres, nous devons parfois nous consulter pour vous répondre. Ne compliquez pas notre propre bureaucratie avec des questions incomplètes et des incohérences. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, que ce soit pour des actions entre les jeux, des dépenses d’expériences ou peut importe! Demandez avant pour être sur de bien vous y prendre. Plus vous multipliez les variables concernant vos actions, plus vous nous coûtez du temps. Et le temps, nous préférons l’investir sur la globalité de l’activité que sur un seul participant.

5.4 « Be cool! » – Quand vous vous mettez en colère contre un Storyteller, vous perdez son attention. Inévitablement, les choses iront contre vous. Vous aurez très probablement des réponses que vous n’aimerez pas. Et il est fort possible que nos « Rullings » ne soient pas du toute en votre faveur. Bref, milles et une chose peuvent se produire dans de telles situations. Si vous voulez vraiment améliorer votre situation, ne vous fâchez pas. Ne pas jeter le blâme sur nous sans discussion. Ne vous laissez pas prendre dans le jeu des accusations. Soyez cool, point-barre. Je peux difficilement compter le nombre de fois qu’une situation est allée contre un joueur parce qu’il c’est fâché et qu’il c’est laissé emporter par son orgueil. Oui vous investissez de votre temps. Oui vous êtes tous émotionnellement impliqués dans ce que vous faite. Maintenant, multipliez par dix ces sentiments et vous savez à quel point un Storyteller doit garder le contrôle de ces émotions quand une situation dérape. Nous sommes des bénévoles, pas vos patrons. Soyez cool avec nous et nous nous assureront de vous renvoyer la pareille.

5.5 « Ne chignez pas comme des veaux » – C’est assez explicite non! Ne soyez pas pleurnichards. Si quelque chose ne va pas à votre manière, rien ne s’améliorera si vous vous mettez à brailler comme des petits chiots, sauf peut-être un peu de pitié de notre part. Et la pitié n’est pas une voie que vous souhaitez emprunter, personne ne vous prendra plus au sérieux une fois que vous aurez fais quelques pas dans cette direction. Si vous avez un problème, trouver une solution constructive, et parlez-en raisonnablement à l’équipe d’organisation. Esti qu’on haït ça quand on entend des joueurs chigner. Soyez sur que vous passez au cash dans nos réunions quand on s’en rend compte. Soyez mature.

5.6 « Dites merci! » – Nous méritons des remerciements pour le travail que nous exécutons gratuitement. Ce n’est pas nécessaire de nous remercier à tous les jeux, mais de temps à autre, cette poignée d’applaudissement en début et en fin de partie nous donne la motivation de continuer. C’est une petite récompense, une tape dans le dos. Et ce, même quand ont ne semblent pas êtres attentif à ce que vous dites, ont vous entend et ont apprécient. Plus que vous le croyez!