Nodfolks : Moeurs, pratiques et organisation

ORGANISATION DES NODFOLKS

Voici quelques clarifications quant aux Nodfolks dans leur ensemble, qu’il s’agisse de leur structure, leurs rites et leurs mœurs. Il s’agit d’un complément au guide de jeu, spécialement dédiés aux participants incarnant un vampire de cette cabale.

LEXIQUE :

Outlanders : Synonyme de Nodfolks. Plusieurs Nodfolks utilisent cette terminologie pour s’identifier.

Outlands : Terminologie pour identifier les territoires à l’extérieur des Mégapoles.

Ranch : Terminologie pour identifier un territoire à l’extérieur des Mégapoles. Il s’agit généralement d’un village ou d’une petite agglomération de mortels servant de bétail pour un vampire.

Pithole : Synonyme de Mégapole. Endroit désagréable pour n’importe quel Nodfolks, mais auquel chacun d’eux devra inévitablement fréquenter.

ORGANIGRAMME HIÉARCHIQUE :

Patron / Boss / Kosmokrator / Chef : Un regroupement de Nodfolks se détermine généralement un chef par obligation. Que ce soit par la force ou la ruse, le chef est considéré comme le point de ralliement pour les Nodfolks. Il arrive que dans certaines Mégapole, que plusieurs chefs prennent place, pour plusieurs groupes de Nodfolks. Et il n’est pas rare que ces groupes ne soient pas alliés les uns aux autres.

Grunt : Un chef de cabale avisé octroiera la position de Grunt à l’un de ses subordonnés. Le Grunt agira comme un lieutenant et le bras armé du chef.

Scout : Le Scout est une position déterminé par un chef de cabale afin de guider les vampires non-Nodfolks à l’extérieur des Mégapoles. Proprement dit, il s’agit donc d’un guide.

RITES ET PRATIQUES

Confrontation de la bête : Les Nodfolks étant habitués à vivre hors des Mégapoles, doivent constamment conjuguer avec leur humanité et toutes les horreurs des Outlands. Les Nodfolks sont donc  »prêt » de leur bête en quelque sorte. À cet effet, certains Nodfolks préfèrent confronter leur bête pour établir un lien dominant-dominé, au lieu de se battre physiquement. La nourriture se faisant rare dans les Outlands, cette pratique est donc préconisé par la plupart des membres de la cabale. Statistiquement, pour entreprendre un tel rite, un challenge de Volonté + Survie + Génération est nécessaire. Visuellement, la Confrontation de la bête ressemble beaucoup à une lutte physique, alors que les deux vampires s’observeront mutuellement jusqu’à ce que la bête de l’un d’eux fléchisse. Plusieurs Nodfolks s’apprêterons parfois à l’automutilation pour stimuler leur bête. Que ce soit avec leurs propres griffes, un couteau ou une lame, chaque blessure auto-infligée octroie un bonus d’un trait pour le challenge. L’usage de pouvoir tel que  »Dread Gaze » est perçu comme de la triche et il n’est pas rare que la contestation d’un chef passe par ce rite.

Pacte par le sang : Lorsque plusieurs Nodfolks décident de s’unir pour une cause, il existe un rite ou ceux-ci se blessent à la main, afin de s’échanger par la suite une poignée de main. Les Nodfolks s’échangent ensuite un serment, auquel il leur est impossible de se mentir entre par la suite (à moins d’être forcé par la discipline Dominate). Ce lien de sang peut être brisé à tout moment, lorsque le Nodfolks décide de briser son serment (le bris du serment exige une action sociale).

Cicatrice de Nod : Il existe un seul et unique statut social au sein des Nodfolks et il s’agit de la cicatrice de guerre. Lorsqu’un Nodfolks accomplit une tâche risquées, tel que détruire un ennemi de taille, survivre à un conflit ou un intempérie notoire ou une mission dangereuse, il n’est pas rare que d’autres Nodfolks soumettent un individu notoire au rite de la Cicatrice de Nod. Le vampire en question doit à prime abord être blessé pour prouver un fait d’arme, auquel un ou plusieurs confrères / consœurs Nodfolks attestent en induisant du gros sel sur la blessure. Le Nodfolks doit ensuite guérir sa blessure, laissant apparaitre un cicatrice. La démonstration de telles cicatrices est un démonstration d’endurance et la plupart des Nodfolks respectent cette qualité.

Commandements Nodfolks :

I. Qui trouve garde : Ce que tu trouves ou ce que tu gagnes est à toi.

II. « Shotgun » : En communauté, si tu trouves, ou veux quelque chose, tu dois le déclarer. Alors tes congénères ne pourront le prendre.

III. « Home sweet home » : Il n’existe pas de domaine hors des mégapoles. Quiconque peut s’approprier une maison. Tu es chez toi partout où tu iras. Tant et aussi longtemps que tu es apte à protéger ton sanctuaire.

IV. Loi de la jungle : Tue si tu es un meurtrier. Brise si tu aimes détruire. Dérobe si tu envies ton voisin. Mais assume si tu veux survivre. Et surtout, assure-toi d’être assez fort pour encaisser les conséquences de tes actes.

V. Ne succombe pas à la tentation : La bête sera ton pire ennemi et ton meilleur ami. Mais ne lui succombe pas. Une fois sous son emprise, le Wassail te transformera à tout jamais.

PUNITION ET SANCTIONS

Rite de scarification : Les Nodfolks n’ont pas tendance à se punir entres eux autrement que par la violence physique. Toutefois, il existe un rite de scarification permettant d’identifier un Nodfolks méritant l’ignorance de ses confrères et consœurs. L’application de cette marque consiste à charcuter le visage du Nodfolks de deux coup de lame (ou de griffe) afin de représenter un  »X », pour ensuite forcer le vampire à se guérir après y avoir ajouté du gros sel. L’exécution de ce rite scarification marquera le vampire au-delà de sa condition physique, allant même jusqu’à blesser sa bête. Il sera donc impossible pour le Nodfolks de se débarrasser de cette marque, même avec l’aide de certaines disciplines telles que Vicissitude. Bref, cette marque représente une forme extrême d’exclusion au sein des Nodfolks.