PROTOCOL-18

4266596-dna-nano-tech-wide-2-wideC’est en 2016 que les gouvernements, sous l’influence des mégacorporations, imposèrent progressivement à la population humaine du monde entier, l’implantation du Protocol-18 sous sein privé. Au départ, la chose souleva de grands débats éthiques. Mais ceux-ci furent immanquablement tués sous le poids écrasant des titans corporatifs, qui ne mirent qu’une décennie à soumettre plus de 80% de la population mondiale sous leur contrôle identitaire. L’agence « Protocolaire-18 » fut créé en 2025 et mit en charge de tenir à jour les dix-huit éléments constituants l’identité de chaque citoyen du monde civilisé. Historique de crédit, données biométriques, dossier criminel, numéro d’assurance social, information bancaire et géolocalisation sont quelques exemples des informations les plus souvent employés par l’agence et les mégacorporation au quotidien.

COMMENT EST-CE QUE ÇA FONCTIONNE ?

Bien que les premières versions du Protocol-18 se manifestaient sous forme de puces électroniques sous-cutanées, l’entièreté de cette technologie se manifeste désormais sous forme de nanomachines injectées à la naissance. Chaque être humain légalement enregistré ou mettant les pieds dans une grande mégapole se retrouve soumis à cette procédure identitaire. De facto, chaque être humain se retrouve connecté à une immense base de données informatique administrée par l’agence du bureau Protocolaire-18. Cette gigantesque base de données est donc constamment mise à jour par l’influx d’informations envoyée par les nanomachines de chaque « citoyen » des trois grandes nations du monde. Ce flot d’information constant assure l’intégrité du système, qui demeure inviolé à ce jour. Chaque numéro de série individuel de chaque nanobot, additionné aux données biométriques uniques de chaque individu, permet aux grandes corporations un contrôle sur l’entièreté de l’humanité.

BANKCHIP ET MULTIPASS

Bien entendu, l’apparition de cette technologie ne fit guère disparaître la nécessité de se balader avec des papiers d’identifications, des cartes de crédit, etc. Bien que les mégacorporations, les institutions gouvernementales et les forces de l’ordre soient habilitées à faire un contrôle du Protocol-18 à l’aide d’appareils spécialement fournis par l’agence protocolaire, il n’est pas chose commune pour le citoyen moyen de se servir d’autre chose que de sa BankChip (contenant carte de crédit, un lien direct avec son compte bancaire et une preuve de bon historique de crédit) ou encore de sa MultiPASS (contenant ses divers permis, son identification personnelle, son numéro d’assurance sociale, etc.).

« IDENTITÉ ALTERNATIVE »

Il va sans dire que l’instauration de ce système devint rapidement un problème de taille pour les Caïnites de toute provenance. La nature surnaturellement statique des vampires et l’absence de bioénergie permettant aux nanomachines de se rechargées perpétuellement, leur interdirent l’accès à cette technologie. Incapable de conserver quelconque forme de nanomanchines dans leur sang, les descendants de Caine durent se retirer des hautes sphères de la société humaine, dont l’accès était désormais trop régulé. Fort heureusement pour ces « princes de la nuit », le jeu d’interpositions et de manipulation subtiles était un art maîtrisé depuis des millénaires. Et cette tactique devint un outil indispensable pour tous néonates et ancillaes de ce monde …

Malgré ce désagrément, les Caïnites de par le monde trouvèrent moyen de se créer des« Identités Alternatives » à travers les divers systèmes administratifs mortels. La plupart des vampires peuplant les nuits des grandes métropoles ont maintenant en leur possession un BankChip et une MultiPASS tout à fait en norme et qui n’éveille pas le moindre soupçon dans leur non-vie quotidienne. Bien évidemment, cette belle mascarade ne tient qu’à un fil. Les contrôles protocolaires étant principalement utilisés auprès des criminels ou lorsque les autorités humaines ont un doute raisonnable quant à un quelconque crime quelconque, représente un danger substantiel pour n’importe quel vampire. Peu importe la falsification de documents telle que les BankChip ou les MultiPASS, aucun vampire n’est à l’abri d’un contrôle protocolaire.

Et pour les morts-vivants un peu trop flamboyants, un contrôle protocolaire est si vite arrivé de nos jours …

NOTION HORS JEU : 

En termes de jeu, le Protocol-18 ne peut être soutenu par les fonctions biologiques vampiriques. Le corps de tout vampire rejette à tout coup l’entièreté les nanomachines du Protocol-18 après quelques heures. Cela va de soi pour les Ghoules, les Revenants et les Dhampirs. Autrement, l’historique « Alternate Identity » illustre toute forme de falsification d’identité alternative qu’un vampire peut obtenir, par l’entremise de BankChip et de MultiPASS. En aucun cas le Protocol-18 n’est émulé par cet historique.

FavoriteUnsteadyFlatfish