Subcity

giphy (1)


map_mtl_subway [[ Un peu d’histoire ]] : Il ya de cela quelques décennies, les lignes de métro de la ville de Montréal étaient non seulement un point central du transport en commun mais aussi une fraction à part entière du visage de la métropole. Aujourd’hui, les lignes de métro sont le centre de ce que l’on connait sous le nom de Subcity, la ville jumelle enterrée sous Montréal.

Les lignes métro de Montréal sont  aujourd’hui plus d’une dizaine, et ce, sur quelques paliers. De l’extension de la ligne orange à la création des méga-stations, une toute nouvelle vision vue le jour avec l’agrandissement des réseaux souterrains de Montréal. Ce qui se voulait une initiative pour l’amélioration de la condition de vie des citoyens ne fut pas à l’abri de la corruption qui s’étendait en surface. Au départ, les stations de métro déjà en place furent agrandit. Descendre au dessous du niveau du sol menait maintenant aux tous premiers quartiers des sous arrondissements. La première station de métro à subir un tel changement fut la station Berri-UQAM. Les corridors où déambulaient les usagers des transports en commun de la métropole s’étendirent sous la terre comme les racines d’un arbre. La méga-station Berri venait d’être créer.

Plus que simple station, une méga-station est le relais de plusieurs autres lignes de métro, et ce sur plusieurs étages. Plusieurs autres méga-station virent le jour par la suite, prolongeant les différentes lignes souterraines sur plusieurs kilomètres, notamment la méga-station Royal, qui est le point central le plus important de tout le réseau souterrain public, reliant les lignes Jaune, Verte, Mauve et Rouge. Lorsque vous descendez dans une bouche d’accès à la zone verte d’une méga-station, vous accédez à une partie de la ville en soit. Ce qui était autre fois un endroit bien placé pour y installer un petit commerce fut remplacé par des complexes d’habitations ressemblant aux tours d’appartements de la surface, mais s’enfonçant sur plusieurs étages. Les appartements les plus spacieux des ces complexes étaient de petites pièces dans lesquelles on devait monter et descendre le lit du mur. S’ensuivit les commerces de tous genres, puis les indésirables.

Le crime organisé qui voyait l’expansion d’une société presque distincte sous ses pieds, pris l’opportunité de s’y intégrer pour grandir avec elle. Avant même que les autorités de la ville ne se rende compte de ce qui se passait, toute la sphère criminalisé de la ville avait une prise solide sur le territoire souterrain de Montréal. L’agrandissement de la ville sous la ville se poursuivit pendant plusieurs années. Il était alors commun de voir des sous-sols d’édifices publics transformés en accès aux réseaux souterrain qui portaient maintenant un nom : SubCity. Il est aujourd’hui très normal de sortir de chez soi, marcher le long du corridor reliant les appartements de notre complexe d’habitation et puis sortir par la porte principal pour se retrouver sur le quai d’embarquement d’une ligne de métro quelconque. Certaines station, comme la méga-station Royal, donne l’impression que le métro passe directement dans les rues de Montréal. Le décor de cette méga-station est composé de banques, de restaurants et de commerces de toutes sortent ainsi que de plusieurs complexes d’habitations de luxe créer par des designers convaincu que le « souterrain » serait la prochaine grande vague de mode urbaine, comme le fut les condos et les lofts du centre ville auparavant. La méga-station Trudeau, quant à elle, donne directement accès à l’aéroport ainsi qu’aux hôtels  cinq étoiles d’une des grandes zones vertes de tout Subcity.

map_mtl_gzone [[ Les zones ]] : Tout dans Subcity est délimité par les zones multiples qui furent créées après la guerre au crime organisé que les autorités de Montréal ont mené en vain entre les années 2028 et 2034. Voyant que le crime organisé avait une emprise bien trop forte sur les différents secteurs de Subcity, les autorités de Montréal ont donc changé leur approche. Ils établirent des zones. Trois zones différentes délimitent le territoire souterrain : les zones vertes, les zones jaunes et les zones rouges.

Les zones vertes sont les zones sécuritaires selon les normes et la juridiction des autorités de Montréal et des forces de l’ordre. Après leur abandon dans la lutte au crime organisé dans Subcity, les forces de l’ordre passèrent cette responsabilité aux méga-corporations montréalaises qui prirent l’opportunité à deux mains. Ces petits territoires sont depuis ce temps sous la protection des autorités gouvernementales et des méga-corporations qui assurent la sécurité de leurs employés et de leurs intérêts. Situé autour des stations principales et des méga-stations, certains accès à Subcity sont néanmoins dépourvus de telles zones.

Les zones jaunes, en ce qui les concerne, sont des endroits qui ne sont pas protégés par les services de sécurité corporatifs mais bien par les forces de l’ordre de Montréal. Le taux de criminalité y est élevé et l’opposition du SPVM se fait sentir surtout en dernier recours. Les services de police et les autorités se limitent au contrôle partiel de ces zones et ne mettent que très rarement le pied au-delà, à moins de nécessité grave.

Les zones rouges sont les endroits à sécurité critique. Une forte population, un taux de criminalité ridiculement élevé et l’absence totale des forces de l’ordre ou des corporations font en sorte que les gangs de rue ou les organisations criminelles y ont le champ libre. D’après certaines personnes, les organisations comme la mafia russe ou les Yakuzas, paieraient un gros montant pour garder les forces de l’ordre hors de ces territoires.

[[ Le crime organisé ]] : La lutte contre le crime organisé dans le territoire de Subcity eut certaines conséquences. La plus apparente et néfaste fut l’abandon de certaines zones de Subcity par les autorités, laissant la majeure partie de Subcity sous le contrôle des criminels et des gangs de rues ayant déménagés dans les sous-sols de la ville. Plusieurs sous arrondissements, là où les stations ne sont pas protégé par les fameuses zones vertes, sont complètement sous le joug des organisations criminelles qui profitent largement de l’absence d’opposition de la part du SPVM ou de tout autre service de police. Ces différents sous arrondissements ont pour la grande majorité été désertés par les citoyens qui ont eu la chance de le faire, laissant derrière eux des établissements aujourd’hui ronger par le manque d’entretien. Les complexes d’habitations sont maintenant des lieux de rassemblement pour les criminels ou font office de résidence pour de nombreux sans abris qui migrent vers les profondeurs de Montréal pour échapper au contrôle de la police. Les disparitions se font plus fréquentes, que ce soit pour le trafique d’être humain ou le marcher noir des organes. La drogue circule librement et les organisations criminelles s’y font la guerre pour le monopole des armes, des territoires et de l’influence.

[[ Les Méga-Corporations ]] : Bien évidement, comme partout à la surface, les différents géants corporatifs de Montréal se sont implantés dans les souterrains de la métropole. Ceci à eu pour conséquence de complètement transformer le visage de Subcity. Alors que plusieurs méga-corporation s’appropriaient des secteurs complets pour y loger leurs employés, d’autres ont creusés plus profond pour construire des complexes de recherches et des laboratoires. De manière générale, puisque les fonds publiques sont en partit fournis par les méga-corporations, la ville de Montréal du composer avec les besoins de ces dernières lors de l’élaboration de Subcity. Certaines stations furent bâtit à la demande des méga-corporations et plusieurs secteurs furent aménagés ainsi pour les même raisons.

[[ Les secteurs de Subcity ]] : La ville souterraine sous Montréal à été créée à partir d’un gabarit semblable à celle de la surface. Dans ce monde s’étendant sous la métropole, plusieurs secteurs délimitent les « arrondissements » de Subcity. Au nombre de 16, ces secteurs  sont traversés par les lignes de métro de Montréal et sont prises en charge par les arrondissements de la surface à partir des quelles elles ont été créé. Divisés sur plusieurs paliers, la majorité du temps entre 1, qui serait la profondeur estimée des stations et des lignes de métro du début du siècle, et 3, qui en seraient l’équivalent logique du triple.

Prenez par exemple le secteur Saint-Michel, ou secteur 5. Il est divisé en 3 paliers. De la surface, vous pouvez descendre directement au palier 1. Descendez plus profond et vous atteindrez le palier 2, puis le palier 3. Chaque palier est comme un quartier à la surface avec une ligne de métro superposé aux lignes des paliers supérieurs et inférieurs. Donc, si la ligne Orange suit un trajet précis, elle aura une réplique identique dans chacun des paliers de chaque secteur qu’elle croise. Par défaut, une ligne supplémentaire sert au transport des marchandises ou à toutes autres fins non publiques et elle se situe toujours sous le dernier palier d’un secteur. L’accès se fait par les stations comme le ferait n’importe quel usager des transports en commun de Montréal. Des élévateurs et des rampes d’accès commerciales sont mises en place pour ces lignes et l’accès en est contrôlé.


montreal-est [[ Secteur 1 – Montréal-Est ]] : Le secteur 1 de SubCity est un sous arrondissement appartenant à Montréal-Est. Plus couramment appelé « Under-East » dans le jargon populaire, ce coin de SubCity est dans les plus pauvres de tout les secteurs. Une forte concentration d’itinérants et de criminels liée aux gangs de rue laisse planer sur ce secteur  une ambiance très dure. Si à la surface, l’Est de Montréal est bordé le soir par une musique urbaine créer du mélange des voitures et de l’industrie avoisinante, c’est au son des coups de feu et des guerres de gangs que les citoyens s’endorment dans le secteur 1.

Le décor de Montréal-Est est très post-industriel. Entre les immenses fabriques industrielles privées et les installations inachevées ou délabrées par le temps et l’abandon, on y trouve bon nombre de complexes d’habitations bas de gamme et insalubres habités par des citoyens démunis de la classe ouvrière. Conçu dans l’intention d’y implanter des fabriques de tous genre, le projet fut abandonner vu l’importante concentration criminelle et l’absence de sécurité publique. Ce qui devait être le quartier industrielle souterrain de SubCity fut laisser de côté pour privilégier la construction du secteur 8. Plusieurs compagnies se sont implantées dans le secteur 1 par la suite, mais rien de semblable à ce qu’on avait imaginé au départ pour Montréal-Est.

Traversé par la ligne Blanche, la ligne Bleue et la ligne Verte, on dénombre un maximum de 24 stations de métro qui sont, pour la grande majorité, plongé dans les zones critiques ou à sécurité moyenne du secteur. Il n’est pas rare de voir des membres de gangs de rue contrôler leur territoire à même les stations de métro ou que des échanges de tirs éclatent à toutes heures de la journée. La majorité des stations de métro du secteur 1 sont soit mal entretenues ou tout simplement ignoré par les services d’entretien de la ville. Des enlèvements liés aux gangs de rues ou des vols à main armé y sont souvent perpétrés. Les sans abris qui y vivent disparaisse sans laisser de traces, souvent utilisé pour le trafic d’organes ou le marché d’être humains.


montreal-nord [[ Secteur 2 – Montréal-Nord ]] : Le secteur 2 est un sous arrondissement appartenant à Montréal-Nord. Contrairement à son voisin de la surface, Montréal-Nord dans SubCity est plutôt paisible, autant que paisible se peut encore. La méga-station Garon, situé dans le nord du secteur, est entouré d’une zone verte couvrant Montréal-Nord dans toute sa largeur et fait presque la moitié du territoire dans son ensemble. La zone à sécurité moyenne qui s’étend autour se prolonge jusque dans Montréal-Est, Ahuntsic-Cartierville et St-Michel. Le secteur 2 était prévu au départ pour être le lieu d’accueil des employés travaillant dans les multiples industries supposé s’installer dans l’Under-East. Vu le nombre largement inférieur d’employés finalement installé dans Montréal-Nord, les méga-corporations prirent l’opportunité d’occuper une partie du secteur. Elles financèrent la construction d’un établissement de santé ainsi que quelques complexes d’habitations. Le secteur était alors résidentiel comme il se devait d’être et il était habité à la fois par les employés des industries de Montréal-Est, mais aussi par les employés corporatifs travaillant aux quatre coins de SubCity.

Le décor du secteur 2 est quelque peu différent du reste de SubCity. L’omniprésence des tunnels du réseau de transport et la constante impression d’être à l’intérieur d’un seul et même bâtiment sont des caractéristiques qui ne changent pas. Ce qui est le plus frappant, c’est qu’en dehors de l’hôpital général Bonsecours-Dupré, la quasi-totalité du secteur tourne autour de la méga-station Garon et est relié ensemble. Les multiples constructions ayant été érigées pour loger les citoyens de la classe moyenne ont été élaborés selon un seul et même concept et furent tous relié les uns aux autres. Peu importe où vous vous trouvez dans le secteur Montréal-Nord, un moyen simple et rapide de se rendre à la méga-station existe et presque chaque parcelle du secteur est utilisé par des dizaines d’étages d’unités de logements. Plusieurs des services sont accessibles depuis les locaux entourant la méga-station et les agents de sécurités appartenant aux corporations gardent le territoire comme des chiens de garde. Scan de puces protocolaire, contrôle des papiers d’identité, vérification des preuves de résidence. Une attention particulière est portée pour empêcher la descente de la racaille en provenance du Montréal-Nord de la surface. Pour résumé, c’est le parfait petit secteur pour le parfait petit prolétaire. Mais rien n’est plus parfait depuis des années dans ce monde corrompu.

Le secteur est centralisé autour de la méga-station Garon. Intersection entre la ligne Bleue-2, Bleue-3 et la ligne Rose, cette méga-station est au centre de ce que l’on appelle le Nid dans le vocabulaire populaire. On peut aussi observer la présence de bureaux administratifs en lien avec l’hôpital général Bonsecours-Dupré et les laboratoires d’étude médicale. Une section complète de l’administration est réservée pour les archives de la métropole concernant la santé. On peut y trouver toute sorte de documents sur le sujet. Certaines sections sont réservées aux détenteurs de permis bien spécial et bien évidement, ce genre de permis est strictement réservé aux employés corporatifs. La méga-station Garon est celle qui fait le lien le plus facilement entre Montréal et la rive nord.


hochelaga [[ Secteur 3 – Hochelaga ]] : Le secteur 3 est bien différent de ce que Montréal se souvient de l’arrondissement à la surface portant le même nom. Hochelaga est un des secteurs les plus sur de SubCity. Seulement un faible pourcentage de son territoire trempe dans une zone de sécurité critique et le reste oscille entre les zones de sécurité moyenne et la zone verte qui traverse le secteur 3 de long en large. Secteur de prédilection pour tous les amoureux de la vie nocturne, c’est dans ce secteur que l’on trouve les plus grosses boîtes de nuit de tout SubCity. C’est dans Hochelaga que l’on peut apercevoir les stars de cinéma et les vedettes les plus médiatisés sortir faire la fête. Le Gas Station, le Monk-E, l’Undr Wrld et autres gros clubs branchés se partage la clientèle. Le « Club Boulevard » est parallèle à la ligne verte dans tout le territoire du secteur 3 et continu jusque dans Ville-Marie pour se terminer dans la méga-station Royal, dans le secteur Mont-Royal-Westmount.

L’environnement du secteur 3 porte à croire qu’on aurait voulu miniaturiser Time Square. Les murs sont tapissés d’enseignes lumineuses ou de panneaux publicitaires électroniques diffusant les nouveaux produits des méga-corporations. La foule y est constamment dense comme si la tournée des boîtes de nuit ne cesserait jamais. Partout on peut voir des gens se livrant avec passion aux plaisirs de la gourmandise et de la luxure. La surveillance des agences privées corporatives est permanente mais discrète. Il s’agit surtout d’un réseau complexe de caméras et d’agents en patrouille qui intervienne lorsque les esprits s’échauffent. Les organisations criminelles qui s’y trouvent sont tout autant discrète. La drogue et les services d’escortes sont en forte demande et le commerce en est largement lucratif. Les diverses organisation criminelles sont dans l’ombre et utilisent différents stratagèmes pour parvenir à leur fins. C’est lorsqu’elles ont besoin de faire disparaître la compétition que le petit bout de territoire sans présence corporative devient un lieu intéressant.

Le secteur 3 est traversé par la ligne Bleue-3, la ligne Rose et la ligne Verte. Quelques stations s’y trouve aussi et une station plus importante au croisement des lignes Verte et Bleue-3.


saint-michel-Cartiville [[ Secteur 4 – Ahuntsic-Cartierville et 5 – Saint-Michel ]] : Les secteurs 4 et 5 sont de ces secteurs que l’on pourrait qualifier de transit. Près de certains secteurs plus importants en activités de toutes sortes, ils sont plus ou moins l’extension des secteurs les entourant. Ahuntsic-Cartierville est donc beaucoup influencer par Saint-Laurent et Montréal-Nord, partageant leurs zones de sécurités à tous les deux ainsi qu’une partie de leur environnement, alors que Saint-Michel subit beaucoup plus des retombées de la vie nocturne de Ville-Marie et du centre de l’univers de SubCity qu’est Mont-Royal-Westmount. Tout se joue au centre de leur territoire où l’influence des secteurs environnant entre en contact et forme une toute nouvelle situation pour les citoyens et l’activité économique.

Saint-Michel, pour sa part, baigne presque entièrement dans une zone a faible sécurité. Résultat de la forte présence d’agences privées corporatives à l’ouest de ses limites et de l’activité criminelles de Ville-Marie. Tous les restants du crime organisé sont poussés dans cette zone accompagnés des victimes du hasard dans les maisons de jeux de la mafia russe. Tout ceci forme une population de criminels de bas étages et de citoyens endettés jusqu’au cou au près de personnes peu recommandables. Des laboratoires de substances illicites aux maisons closes, en passant par les complexes d’habitations insalubres, tout de cette zone est imprégné par la pauvreté et la criminalité. Les citoyens coincés dans ce phénomène se cache dans leurs unités de logement et verrouillent la porte deux fois plutôt qu’une. La zone rouge de Saint-Michel est reconnue pour être sous le contrôle de la mafia russe qui utilise le territoire pour gérer les problèmes qu’ils accumulent tout en étant loin des yeux des autorités. Un mauvais payeur peut tout aussi bien être retrouvé mort que disparaître sans laisser de trace. Personne ne s’en souciera.

Pour ce qui est de Ahuntsic-Cartierville, la présence du centre de détention Centurion-8 dans Saint-Laurent et de l’hôpital général Bonsecours-Dupré dans la méga-station Garon, fait en sorte que la zone rouge en son centre est beaucoup moindre que celle de Saint-Michel. Toujours sous le contrôle de la mafia russe, le secteur 4 regroupe les criminels en cavale qui veulent échapper aux forces de l’ordre. Ils sont donc retrouvés par les hommes de main de la mafia. Le contrôle de ce territoire par la mafia russe est très strict. Bien que se jouer des russes n’est jamais une bonne idée, dans ce secteur ils ont la mèche particulièrement courte. Ceci s’explique par leur marché très lucratif de trafic de drogue, autant la vente que le transport.


ville-marie [[ Secteur 6 – Ville-Marie ]] : Le secteur 6 est à la fois le prolongement souterrain de son arrondissement d’appartenance à la surface, mais aussi un mélange du secteur 8 et du secteur 3. Ville-Marie est le secteur dans lequel ont peut trouver tous les plus grosses institutions d’enseignements de la métropole. Lorsque les universités et les centres de recherches affiliés ont vu les possibilités qu’agrandir pourraient leur apporter, elles se tournèrent vers les méga-corporations qui finançaient déjà une bonne partie des projets et développements. Elles débloquèrent les fonds nécessaires au près des géantes corporatives bienveillantes et soucieuses de l’éducation des prochaines générations et firent débuter la construction de deux paliers souterrains. Des centres de recherche à la fine pointe de la technologie, des établissements complètement neufs et des campus plus confortable que ce que bien des citoyens de la classe ouvrière pourraient se payer.

Le secteur 6 est construit sur 4 paliers de profondeurs. Il est constitué d’une manière cependant quelque peu différent des autres secteurs de SubCity. Les institutions qui y furent construite ne sont que des allongements de celles déjà présentes à la surface. Comme si les 4 paliers souterrains abritaient les racines des établissements de la surface et non pas des constructions séparés. Cela donne l’impression que les édifices des niveaux souterrains sont les piliers du secteur en entier, avec les résidences et campus universitaires s’étendant à leur pied. Une immense bibliothèque à été construite sur les paliers 2 à 4 du secteur Ville-Marie. Le sud du secteur est traversé par le « Club Boulevard » et profite donc d’un nightlife très actif.

Le secteur 6 peut se vanter de posséder une des méga-stations les plus visuellement intéressante. Inspiré des œuvres de légende exposées au musée de Lioncourt, situé sur le premier palier de Ville-Marie, la méga-station fut conçu par un regroupement de professeurs d’arts et d’artistes en tout genre. La méga-station Berri n’est plus ce qu’elle était ! Traversée par 6 lignes du réseau montréalais de métro, Ville-Marie est aussi un des secteurs les plus accessibles.


saint-laurent [[ Secteur 7 – Saint-Laurent ]] : Le secteur Saint-Laurent est un endroit complexe. Séparé en deux par une zone rouge à sécurité faible et ayant tout de même les deux extrémités nord et sud dans des zones à sécurité moyenne ou bonne, Saint-Laurent reste un secteur relativement sécuritaire. À la base de sa conceptualisation, le secteur 7 devait être un secteur purement résidentiel pour tenter de diminuer la surpopulation de la surface. Mais avec l’intérêt qui fut porté envers SubCity de la part des méga-corporations, rien n’est plus ce qu’il aurait dû être. La méga-station Laurentienne fut construite pour faciliter l’accès aux installations Centurion-8, un centre de détention à haute sécurité. Le palier au niveau 3 est réservé à l’intention de Centurion-8 et une ligne de métro complète au même niveau n’est empruntable que par les employés ayant un niveau d’accès suffisant. Le transport des détenus se fait par ce niveau ainsi que tout le matériel à l’intention du centre de détention.

Saint-Laurent est coupé au centre par une zone rouge qui débute à l’ouest de Lachine et se termine à l’extrémité est de Montréal-Est. Aussi infecté par le crime organisé que les gangs de rue, la domination des Chromes dans cette partie de SubCity rend la lutte plutôt … brève. La zone à sécurité faible de Saint-Laurent leur appartient et c’est un fait connu dans toute la sphère criminalisée et même au près des forces de l’ordre. Entrer dans ce territoire en tant qu’ennemi des Chromes est un bien mauvais plan. Les limites de leur territoire, aux abords de Saint-Michel et de Dorval et Lachine sont cependant très précaires. La zone rouge de Ahuntsic-Cartierville et de Saint-Michel étant sous le joug de la mafia russe et la zone rouge de Dorval et Lachine enlisé dans une guerre territoriale constante, tout ceci limite à quel point le bras des Chromes peut s’étirer. S’ils possèdent un contrôle total sur leur territoire principal, ils en sont limités à celui-ci.

Mis à part la méga-station Laurentienne et quelques stations secondaires, Saint-Laurent traversé par un total de quatre lignes de métro.


mont-royal-westmount [[ Secteur 8 – Mont-Royal-Westmount ]] : Mont-Royal-Westmount est le secteur directement sous le Mont-Royal. Né d’une fusion des territoires souterrains appartenant à plusieurs méga-corporations, il s’agit définitivement du secteur le plus fréquenté par l’élite de Montréal. Construit sur 5 étages souterrains, le secteur 8 est le plus gros en envergure globale, contrairement à Montréal-Est qui bénéficie d’une superficie plus grande mais étiré sur un seul souterrain.

Les installations privées des méga-corporations y font bonne figure, traversant d’haut en bas le secteur 8. Les étages souterrains appartenant aux géants corporatifs s’enfoncent plus profondément dans le sol et bien que la croyance populaire soit qu’environ 3 autres paliers ont été construits par les méga-corporations, aucune donnée réelle ayant été rendu public ne peut confirmer à quel point les complexes corporatifs s’étendent sous la surface de Montréal.

Un total de 7 lignes de métro (Orange, Verte, Jaune, Mauve, Rouge, Grise, Bleue) traverse le secteur 8 pour un total de 31 stations et 3 Méga-Stations (MS-Mentana, MS-Royal, MS-Coderre). Mont-Royal-Westmount est de loin le secteur le plus couvert par les zones vertes des corporations. Profitant ainsi de la sécurité offerte par la présence des militaires privés des méga-corporations, on y trouve son lot de complexes d’habitations  renfermant condos de luxe et penthouse décadents. Plusieurs restaurants hors de prix et des complexes administratifs y sont aussi présents, partageant le voisinage avec des centres d’achats se déployant sur les 5 paliers souterrains du secteur 8.


lasalle-sudouest [[ Secteur 9 – LaSalle-Sud-Ouest ]] : Le secteur 9 de SubCity est le principal lieu d’établissement des industries Montréalaises. On y dénombre plusieurs dizaines de géants de différents domaines ayant élu résidence dans LaSalle-Sud-Ouest. La proximité du port de Montréal en surface et la configuration des lignes de métro du sud de la métropole rendent facile l’acheminement de la marchandise. Certains paliers de la ligne mauve et de la ligne verte du secteur 9 servent presque exclusivement au transport de matériel qui est soit entreposé dans les immenses hangars corporatifs ou prennent directement la direction des complexes du secteur 8.

La densité de population habitant ce secteur est la moins élevé de tout SubCity. Malgré sa faible population, on peut tout de même croiser des complexes d’habitations à loyer modique et quelques installations servant de lieu de résidences aux employés des compagnies maritimes ayant des bateaux au port de Montréal. Dans plusieurs lieu du secteur 9 on peut ressentir l’influence du crime organisé qui s’est installé dans le plus creux de LaSalle-Sud-Ouest. Même si la violence lui étant relié est plus rare qu’ailleurs dans SubCity, les démonstrations de force des organisations criminelles en place se font plus radicales et ne s’éternisent pas en guerre. Plus souvent qu’autrement, les personnes cherchant les problèmes sont portées disparues ou retrouvées mortes dans leur appartement. Les enquêtes sont d’ailleurs souvent mises de côté par « manque de preuves » …

Le territoire du secteur 8 est traversé par quatre lignes différentes. La ligne Rouge à l’ouest, la Mauve et la Verte font le trajet entre la méga-station Mentana dans Mont-Royal-Westmount jusqu’à la station Duceau. La ligne Grise possède aussi une station sur le territoire. Une ligne spéciale est réservée au transport de marchandise à l’intérieur du secteur 8.


lachine [[ Secteur 10 – Lachine ]] : Le secteur 10 est un des secteurs les moins fréquentés par la population de Montréal. Sa petite superficie en comparaison des autres secteurs de SubCity et le fait que près de la moitié de son territoire est complètement abandonnée, en fait aussi le secteur le plus dangereux. Appartenant à Lachine, le secteur 10 est aux prises avec une guerre du crime qui dure depuis plusieurs années entre les Chromes, les Crips et les Bloods. Durement touché par le crime et la pauvreté, les quelques complexes d’habitations encore debouts sont rempli de sans abris ou de junkies. Une entrée souterraine clandestine passe par le territoire de Lachine en provenance des berges de la métropole. Cette voie est surtout utilisée par les contrebandiers pour éviter le contrôle de la marchandise du port de Montréal. La zone noire est dorénavant connu comme le marché noir principal de SubCity mais les informations « officielles » et publiquement reconnu sont que le secteur est abandonné. Une attente profitable ayant fermé des yeux ? Probablement. Mais  Lachine est définitivement un secteur de SubCity à éviter pour les citoyens de la métropole qui ne savent pas a quoi s’attendre.

Un incident d’une gravité ayant marqué l’histoire de SubCity à changé le visage du secteur 10 il y a de cela plus de 10 ans. Composé de 3 paliers souterrains, Lachine était en voie de devenir un secteur industrialisé à l’image de LaSalle-Sud-Ouest ou de Montréal-Est (ou du moins ce que l’Under-East aurait dû être). Mais durant la construction d’une station de métro au niveau du troisième palier, la structure du palier central céda et les deux paliers supérieurs s’affaissèrent l’un sur l’autre, emportant avec eux plusieurs milliers de tonnes de béton et d’acier. Quelques centaines d’ouvriers perdirent la vie dans les décombres du palier inférieur qui avait été écrasé par le poids de l’effondrement. La zone fut déclaré impraticable et fut alors abandonné et laissé pour compte. L’histoire et les médias démontreront la perte immense que ce fut pour la ville de Montréal et les corporations qui voulaient s’y installé et le gouffre budgétaire que le secteur 10 représentait pour les coffres de la métropole. Le nombre exact de morts ne sera jamais dévoilé et les dépouilles sont, paraitrait-il, encore dans les restes du secteur 10.

Encore aujourd’hui, 3 lignes de métro traversent le secteur 10. La ligne Rouge qui compte trois stations dans le nord du secteur, la ligne Bleue qui en compte deux et la ligne Verte, qui par miracle à tenue le coup lors de l’effondrement, est la plus présente avec un total de cinq stations. Cependant, du à l’état des stations de la ligne Verte dans Lachine, qui sont soit abandonnées ou totalement détruite, le trajet entre Dorval et LaSalle-Sud-Ouest se fait sans arrêt. Les cinq stations de Lachine ne sont donc plus en opération et les utilisateurs du métro de SubCity qui emprunte la ligne Verte sont plus souvent qu’autrement des travailleurs provenant de l’ouest de Montréal ou de SubCity qui se rendent directement dans le secteur 9 pour travailler dans les hangars industriels ou dans le port de Montréal. La population en général passe désormais par les lignes Rouge et Bleue pour se diriger vers l’est.

La « Zone-Grise » : La « Zone-Grise » est un quartier abandonné de Subcity dans le secteur « Lasalle ».  Dans le jargon des vampires de Montréal, ce quartier porte depuis peu le surnom de « Zone Grise ».  Aucune loi du Conseil vampirique, ni des Nosferatus de Subcity ne peut y être appliqué, il s’agit d’un territoire neutre.  Comme une craque dans le système.  Plusieurs vampires trouvent d’ailleurs qu’il s’agit d’un concept plutôt étrange, mais lorsque le Conseil et le Roi des Nosferatu, discutèrent d’une entente pour migrer la communauté vampire de la surface vers les profondeurs de Subcity, Fausse-Couche accepta de léguer une partie de son territoire sous la condition d’une zone neutre.  Le Conseil se résigna au caprice du vieux Nosferatu et c’est ainsi que la « Zone-Grise » fut créée.  Démographiquement, on y retrouve beaucoup de sans-abris, des junkys, des commerçants, des contrebandiers, des mercenaires et surtout, des créatures surnaturelles.  L’espace est spécialement aménagé pour y accueillir n’importe quel vampire de la surface souhaitant s’y réfugier.  Il y a de nombreux bâtiments inhabités, les autorités corporatives et policières ne s’y rendent jamais et pour le crime organisé, il s’agit d’un paradis pour toute activité illégale.  La « Zone Grise » ressemble quelque peut à un « Troll-Market » avec une population plutôt hétéroclite.  Voici un image pour vous situer ;

Sub1


dorval [[ Secteur 11 – Dorval ]] : Dorval est le secteur 11 de SubCity. Principalement un secteur résidentiel, les complexes d’habitations renferme une population issue de la classe ouvrière de la métropole. Les appartements modestes allant du simple 1et demi au 3 et demi sont tous entassés dans des complexes comme le centre Trudeau ou le complexe P. Fergusson, soit d’immenses installations résidentielles où les unités de logement sont en nombre incalculable. Le niveau de vie y est relativement bas et la criminalité toujours aussi présente que partout ailleurs dans SubCity. Du moins pour une bonne partie du territoire du secteur 11.

Le secteur 11 est le secteur de SubCity qui communique directement avec l’aéroport P.-E. Trudeau. La méga-station Trudeau, nommé d’après l’aéroport, sert de lieu d’accueil pour les nouveaux arrivants qui désire louer une chambre d’hôtel dans les environs de l’aéroport. La zone verte entourant la méga-station abrite des hôtels de luxe et plus profond dans la zone à sécurité moyenne, on peut y retrouver des chambres plus modiques … pour ne pas dire complètement crasse. Dorval est la section dans laquelle on peut remarquer la présence la plus marqué des 3 zones de sécurité sur le même territoire. Le centre de Dorval est un endroit riche de SubCity. Les hôtels, un casino, l’immense centre d’achat Harrison qui descend sur deux paliers et les lumières rappelant les boulevards de Las Vegas. La présence des agences privés de sécurité employées par les méga-corporations font du secteur autour de la méga-station une zone verte très vaste qui s’étend jusqu’à la méga-station entre Pointe-Claire et Dollard-des-Ormeaux. La zone jaune de Dorval est là où nous pouvons apercevoir les multiples complexes d’habitations mais aussi la présence de commerçants tentant de tirer profit des touristes de l’aéroport. Le crime organisé y tient des maisons de jeu illégales et la prostitution tout comme le trafic d’être humains y est particulièrement présent. C’est l’endroit rêvé pour les escrocs de bas étages qui tente de se faire un nom dans le domaine.

Le secteur 11 est traversé par un total de six lignes de métro. La plus part n’ont que quelques stations dans le secteur et ne font que traverser le territoire de Dorval pour rejoindre soit la méga-station ou bien l’une des deux stations de triage à l’est. Seulement les lignes Verte et Bleue sont empruntées par les utilisateurs résidents pour se rendre dans le sud du secteur.


pointe-claire-Rox [[ Secteur 12 – Pointe-Claire, 13 – Dollard-des-Ormeaux et 14 – Pierrefond-Roxboro ]] : Les secteurs 12, 13 et 14 sont les secteurs les plus paisibles de Subcity. La majorité de leur territoire baigne dans des zones de sécurité élevée à moyenne et bien que la surpopulation soit un problème comme partout ailleurs dans ce monde, la cohabitation et le niveau de vie est de plus haute qualité ici qu’ailleurs dans SubCity. Vous trouverez autant la famille de classe moyenne que le fonctionnaire municipal et des unités de logement plutôt confortables. Les complexes d’habitations sont d’immenses structures connectées aux lignes de métro de SubCity et entretenues par la ville de Montréal. Abritant une majeure partie du réseau de métro de l’ouest de la ville, ces 3 secteurs sont bien positionnés pour bénéficier de la protection des hommes à la solde des méga-corporations.  La proximité de l’aéroport joue un rôle clé dans l’économie de ce coin de SubCity.

Si le crime organisé est présent partout ailleurs dans les entrailles de la ville sous la ville, ces secteurs ne font pas exception. Malgré tout, les organisations criminelles ne sont pas de simples membres de gang brutaux et sans jugement. Elles ne se font pas la guerre dans les rues au péril de la population et de la stabilité de leurs opérations. Ils fonctionnent de manière intelligente pour ne pas avoir à entrer en conflit avec les forces de l’ordre ou les agents corporatifs en place. En fait, ce qui engendre une telle stabilité est la relation entre les organisations et les citoyens ou agents de la paix en place. Les criminels turbulents ne font pas de vieux os dans ces trois secteurs et les activités du crime organisé gravitent surtout autour des salles de jeux, des paris sportifs, des escortes et de la corruption pour assurer le passage de la drogue sur le territoire.

Un total de cinq lignes traverse les secteurs 12, 13 et 14. La méga-station Beaulieu, entre Dollard-des-Ormeaux et Pointe-Claire, fait le relais entre l’ouest et le centre de SubCity.


kirkland [[ Secteur 15 – Kirkland ]] : Le secteur 15 est un triste endroit aux yeux de l’histoire de Montréal. Partageant la zone verte de la méga-station Carpentier, Kirkland voit la majorité de son territoire dans une de ces sinistres zone noire. En juin 2031, un virus d’une gravité peu commune se propagea dans l’ouest du secteur 15 et fit d’immenses ravages. Provocant chez les sujets une fièvre insoutenable menant à la mort, des pertes de sens et des accès de violence, le secteur en entier fut très vite déclaré en quarantaine. Des murs furent érigés pour garder la menace à l’intérieur du secteur 15. Les murs sont toujours sur place aujourd’hui, et le massacre que le virus causa, bien présent dans les mémoires. Des rumeurs provenant des adeptes de la théorie du complot et d’autres qui se disaient témoins des faits ayant mené à la tragédie, avancèrent la possibilité que tout ceci n’ait été qu’un test classé secret d’une des méga-corporations montréalaise. À ce moment, Pentex, Synapse Pharmacology et autres géants corporatifs présents sur la scène biomédicale nièrent en bloc l’entièreté des accusations. Plusieurs des sympathiques témoins ne furent jamais revus par la suite.

Le décor de Kirkland est du moins particulier. La menace du virus de 2031 entièrement dissipée, le secteur est resté néanmoins désert pour plusieurs années. Les citoyens, motivés par la surpopulation des autres secteurs de SubCity et de la surface, commence tranquillement à mettre le pied au-delà des murs de quarantaine qui furent ouvert. Les ruines des complexes d’habitations, des hangars et des commerces détruits par les combats sont toujours debout. On peut très aisément apercevoir des ossements, ou du moins des parties, jonchant le sol vu l’abandon de Kirkland après le prise de contrôle du secteur par les méga-corporations. Comme à Lachine, la partie du territoire du secteur ayant été touché par le virus avait été encagé entre des murs et laissé pour compte en attendant que tout se calme. C’est l’intérêt désespéré des citoyens qui amène aujourd’hui une mince zone rouge à sécurité faible dans le centre du secteur.

Les deux lignes de métro du secteur 15 furent longtemps fermées sur les deux paliers inférieurs. Seul le niveau le moins profond était encore actif et ce, seulement pour passer dans le territoire comme c’est le cas actuellement à Lachine. Personne n’embarquait, personne ne sortait. Aujourd’hui, les stations de métros sont active entièrement mais rares sont ceux qui sortent du wagon dans l’ouest de Kirkland.


sainte-anne-de-bellevue [[ Secteur 16 – Sainte-Anne-de-Bellevue ]] : L’ouest de l’île de Montréal possède un niveau de criminalité très élevé. Tout à fait ridicule de se dire que les paliers souterrains de SubCity sous la pointe ouest seraient épargnés. Les 2 paliers sous la surface du secteur 16 sont connus des autorités sous le nom de « Hell Pit ». Le nom des paliers de SubCity de ce secteur vient du fait qu’une lutte entre les différentes gangs de rue fait rage depuis bon nombre d’année sans vouloir s’atténuer. Une zone à sécurité modérée entoure la station de métro principale du secteur 16 mais elle reste gangrénée par les organisations criminelles majeures qui ne livrent pas bataille dans les rues. Les forces policières ont peine à tenir le contrôle et il ne serait pas étonnant que des arrangements entre les organisations criminelles tel que la mafia russe ou les Yakuzas soit la seule chose qui maintienne un semblant d’ordre. En dehors de la zone jaune, c’est une tout autre histoire.

Le paysage urbain de Sainte-Anne-de-Bellevue rappel très facilement le climat des ghettos de l’ouest de l’île en surface. De très petits centres d’habitations remplies de minuscules unités de logement sont habités par les gangs et citoyens pauvres de la métropole. Des complexes entiers sont sous le joug soit des Bloods ou des Crips et les membres de ces gangs protègent leur territoire de manière violente. Beaucoup de citoyens sont pris dans cette situation et doivent cohabiter avec les criminels du secteur 16 au risque de se faire prendre dans les affrontements réguliers entre les gangs. Une forte population de sans-abris traîne dans les rues de ce secteur.

La plus grosse station de métro du secteur 16 est au croisement des lignes Rouge et Rouge 2. Pas assez grosse ni importante pour en faire la dernière méga-station à l’ouest de SubCity, la station Marillon est tout de même imposante. Seul centre urbain de tout Sainte-Anne-de-Bellevue, elle est la porte d’entrée et de sortie de Montréal vers l’ouest de la province.