Synopsis : Saison #3, Épisode #7

danse-macabre

LA DANSE MACABRE

La mort n’a rien à faire de des riches et des pauvres.  Des faibles et des fort.   Elle se moque de l’orgueil, de la vanité et des ambitions politiques de tous et chacun.  La mort vous ramène tous au même niveau, c’est-à-dire à l’état de cadavre que vous êtes tous.  Entre la vie.  Entre la mort.  Affligé d’une malédiction divine.  Rien de plus, rien de moins. 

Et la mort frappe quand elle le souhaite,  surtout quand l’ironie en est à son paroxysme.   

Alors que les frictions et les conflits entres les factions vampiriques de Montréal se font de plus en plus sentir, la faucheuse valse d’un partenaire à l’autre, sourire aux « lèvres » et faux à la main.  Entre chaque entracte, lorsque la musique cesse et que la danse s’interrompt, la mort profite d’un moment de répit pour se rassasier et se moquer de vous tous.  L’un des vôtres disparait par ci, un autre par là.  Comme les feuilles d’un arbre en automne, comme les grains d’un sablier qui s’écoule, vous passerez tous un jour ou l’autre dans le goulot du trépas.  Que ce soit sous la forme d’un assassinat, d’une bête millénaire qui ne cherche qu’à vous dévorer, ou encore d’une « Sombre Brûlure » qui vous dévore à petit feu.  La mort elle, se délecte de cette sarabande et se complait à jouer le rôle de votre funeste partenaire.

Ce qui est amusant au moment ou vous lisez ces mots, c’est que l’Ironie avec grand « I » frappe à votre porte.  Et son nom est « Momie ».  Ce traitre profite maintenant de la protection de Mr. Léonard Blackburn, et de facto, le « Bunker » n’est définitivement plus un endroit sécuritaire.  Il va de soi qu’un autre lieu de rassemblement est de circonstance.  C’est pour cette raison que l’ensemble de la communauté vampirique est désormais conviée de se présenter au « Ritz Carlton » de Montréal.  Gracieusement offert par la « FAM » (Fondation des Arts de Montréal), le clan de la rose s’est porté garant de fournir des locaux temporaires à l’ensemble de la société vampirique, de façon neutre et sécuritaire.  C’est à l’intérieur des murs anciens de ce bâtiment que les pièces noires et les pièces blanches de l’échiquier pourront continuer de valser.  Au gré de la musique et de cet impitoyable orchestre qui vous envoûte à chaque pas.  

Et la mort, tant qu’à elle ? 
Elle sera au rendez-vous.
Patiente et moqueuse.
En attente de partenaires.